Actualités
01/04/2013
Disque JULES MASSENET:

\"Interviews\"

Interview de Nathalie Manfrino

\"Nathalie

Nathalie Manfrino photographiée par Fabien Bardelli.

Nous rencontrons la soprano Nathalie Manfrino alors partagée entre les répétitions du rôle de Marguerite pour Faust à l'Opéra-Théâtre d'Avignon et le soutien de son nouveau disque paru sous label Decca : Méditations. Cet album rassemble de rares mélodies de Massenet dont la parution s'inscrit avec bonheur dans les événements qui marqueront le centenaire du décès du compositeur. Nathalie Manfrino nous parle avec passion de cette musique avec laquelle elle entretient une véritable affinité, de l'aventure de ce disque et de la belle collaboration qui la relie à Michel Plasson, ici à la tête de l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo.

Tutti-magazine : Votre disque "Méditation"s rassemble de nombreuses héroïnes de Massenet. Quels sont les liens qui vous rattachent à elles ?

Nathalie Manfrino : Avant tout leur côté passionné et passionnel. Ce sont de grandes amoureuses ou des figures qui sont habitées de sentiments qui dévorent tout. Que ce soit Manon, Thaïs, Salomé, Esclarmonde, Cléopâtre ou même la Vierge dont l'extase est écrite de façon très charnelle, ces héroïnes de Massenet partagent cet aspect inconditionnel de la passion, ce sentiment excessif qui est essentiel dans mon amour pour l'opéra. Je trouve en outre dans l'écriture de Massenet une dimension mystique, ou pour le moins religieuse, très présente qui accompagne la plénitude de la mort qui scelle le destin de ses personnages. Les figures féminines de Massenet sont de plus extrêmement vivantes, très corporelles et très incarnées, ce qui me séduit particulièrement.

Sur le plan vocal, comment pouvez-vous définir l'écriture de Massenet ?

La voix est bien traitée par l'écriture de Massenet mais c'est, je pense, un des compositeurs français les plus difficiles à chanter. Sa musique est mieux écrite que celle de Gounod qui navigue parfois pour un même rôle entre des airs pour soprano léger colorature et d'autres beaucoup plus dramatiques. Chez Massenet, la voix suit une habile progression et trouve en général le temps de s'épanouir pour atteindre parfois des suraigus. Massenet aimait les voix comme il aimait les femmes. On peut d'ailleurs faire un parallèle avec le traitement des voix par Puccini. Leur écriture vocale est intelligente au point de ménager de courts moments où le chanteur peut relâcher la pression à l'occasion de l'intervention d'un autre interprète ou d'une phrase orchestrale. Par exemple, à la fin du grand air de Thaïs "Dis-moi que je suis belle", l'arrivée d'Athanaël permet à la chanteuse de calmer le jeu avant que la pression s'impose à nouveau dans le duo qui suit. Je suis également persuadée que Massenet a suivi l'exemple de ses collègues et je retrouve Strauss, Wagner et les grands compositeurs russes dans son écriture, comme des traces de Massenet chez les véristes.

La plupart de ces héroïnes sont des figures tragiques. Comment aborde-t-on ces personnages pour exprimer les aspects dramatiques qui les différencient ?

Je pense tout d'abord que l'écriture est différente entre le Massenet, jeune compositeur, et celui de la maturité. Je me suis amplement documentée avant d'aborder ces airs. De cette façon, pour Esclarmonde et Le Roi de Lahore, je me suis davantage orientée vers une approche belcantiste et italianisante contenue du reste dans l'écriture à un moment où Massenet devait être influencé par ce style. Mais l'approche essentielle est celle de l'écriture dramatique des personnages. Je connaissais déjà bien Thaïs et Manon que j'avais interprétées sur scène, et je me suis plongée dans les partitions intégrales des opéras afin de m'imprégner des livrets et de situer avec précision les airs dans leur contexte. Ainsi lorsque je chante "Ô mes sœurs" de l'oratorio Marie-Magdeleine, je sais qu'il s'agit de son air d'entrée, comme pour Salomé avec "Il est doux, il est bon…" dans Hérodiade, et l'état d'esprit dans lequel je me situe est alors différent. Mais il est vrai qu'incarner autant d'héroïnes différentes pour un enregistrement s'apparente à un vrai marathon et il est important, avant chaque air de se replacer dans un certain état d'esprit, de se concentrer afin de se situer à un point précis de la trajectoire du personnage dans le livret.

Vous avez préparé l'album "Méditations" avec Michel Plasson. Pouvez-vous nous parler de cette collaboration ?

\"Le

Le chef d'orchestre Michel Plasson. D.R.

Nous avons travaillé une semaine, chez lui, au mois de juillet, afin de préparer au mieux l'enregistrement. Et une semaine avant les sessions, en septembre, nous nous sommes retrouvés chez Franck Villard, l'assistant chef d'orchestre qui m'accompagnait au piano durant les séances de travail, afin de nous replonger encore quelques jours dans l'univers musical que nous avions à cœur de créer. Je suis consciente qu’un tel temps pour travailler et se préparer ainsi avec le maestro Plasson et son assistant est rarissime. Je peux même dire que j'ai bénéficié d'un luxe absolu, mais cette façon de travailler était la condition sine qua non pour que Michel Plasson accepte de faire ce disque. De fait, grâce à Michel et à Franck, j'ai vécu des journées entières en totale immersion dans la musique de Massenet et nous avons pris le temps de penser cet album, comme cela devait se pratiquer systématiquement il y a plusieurs années. Prendre le temps de faire les choses est devenu aujourd'hui bien rare…

Pensez-vous avoir bénéficié d'une meilleure préparation pour "Méditations" que pour votre premier disque "French Heroines" ?

Pour French Heroines, nous avons essayé, le chef d'orchestre Emmanuel Villaume et moi, de travailler ensemble, mais nous avions moins de temps. Nous étions tous très pressés et Emmanuel travaillait beaucoup aux États-Unis. Pour Méditations, enregistrer en septembre nous a aussi permis de consacrer une partie des vacances à la préparation de l'enregistrement. Puis, durant l'enregistrement, avant chaque mélodie, nous nous sommes isolés dans une loge avec Franck Villard au piano afin de retrouver l'esprit dans lequel nous avions travaillé en amont.

Vous avez dit qu'enregistrer ces airs de Massenet était plus difficile que d'interpréter les opéras en entier. Pouvez-vous expliquer en quoi réside la difficulté ?

Les airs que j'interprète correspondent à des tessitures différentes. Méditations devait être un véritable hommage à Massenet et, par conséquent, je ne voulais pas me limiter aux airs écrits spécifiquement dans ma tessiture. Massenet, qui plus est, a écrit pour des chanteuses très différentes et a beaucoup évolué lui-même dans son écriture au fil des 25 opéras et des 5 oratorios composés durant sa carrière. Alors, il est vrai que ces changements de tessitures étaient compliqués à gérer. Nous avons donc organisé les sessions d'enregistrement afin de ménager la voix au mieux : les airs plus mezzo ou soprano dramatique le matin, et les difficultés vocales plutôt l'après-midi.

Des sessions étaient organisées le matin ?

\"Nathalie

Nathalie Manfrino dans Manon à Hongkong, mise en scène de Nadine Duffaut. D.R.

Le matin et l'après-midi ! Ceci à cause d'une convention de l'orchestre… Michel Plasson n'était pas spécialement heureux de cette obligation mais nous avons dû faire avec, ce qui a été assez intense et éprouvant. En tout cas bien plus que l'enregistrement d'une œuvre intégrale car, comme sur scène, vous ne chantez pas seul, il y a les autres chanteurs et des parties d'orchestre qui vous permettent de récupérer. Dans le cas d'un récital enregistré, la voix de l'interprète est tout le temps mise à contribution y compris lorsqu’on n'enregistre pas car les musiciens ont besoin de vous entendre pour répéter, savoir où vous allez placer des nuances et respirer. Je trouve que Michel Plasson a fait un travail extraordinaire avec l'orchestre et je peux même témoigner de l'évolution accomplie par la formation de Monte Carlo avec laquelle j'avais déjà travaillé pour mon premier disque.

Vous avez donc retrouvé un orchestre que vous connaissiez déjà…

Tout à fait, et c'était même pour moi une bonne chose que de connaître les musiciens. Du reste, entre les deux disques, j'avais participé avec eux à la production de Cyrano de Bergerac d'Alfano et c'est aussi à Monte-Carlo que j'ai chanté ma première Gilda dans Rigoletto. Après le premier enregistrement durant lequel, généralement, chacun s'observe, j'ai tissé des liens avec certains musiciens et j'ai été très heureuse de les retrouver pour ce second disque. Je me sentais un peu chez moi.

Comment vous est venue l'idée de cet enregistrement entièrement consacré à Massenet ?

Cette idée m'est justement venue alors que je me trouvais à Monte-Carlo pour Cyrano de Bergerac, devant le buste de Massenet sculpté par Bernstamm, à l'entrée de l'Opéra. Je venais d'interpréter Manon à Nice et, plus largement, mon affinité avec la musique de Massenet m'avait donné envie d'enregistrer des airs du compositeur, d'autant que le centenaire s'annonçait en 2012. Je me suis alors renseignée et j'ai appris qu'il avait passé 10 ans de sa vie à Monte-Carlo où il avait créé de nombreux opéras…

Et votre idée de disque a été retenue…

Je dois dire que Decca a joué pleinement le jeu dans ce projet qui était plutôt courageux de par l'investissement nécessaire pour rassembler ce grand orchestre et le Maestro Plasson durant 4 jours. De plus il s'agissait d'enregistrer des raretés…

 

Dans le clip* de l'enregistrement de "Méditations", on vous voit faire de grands gestes en chantant. C'est le cas de la plupart des chanteurs qui enregistrent. Pourquoi une telle gestuelle ?

Je peux vous certifier que l'on ne se rend absolument pas compte de cela lorsqu'on enregistre. La tension et la concentration sont telles qu'on ne contrôle plus ce qu'exprime le corps. En voyant les images qui ont été enregistrées à cette occasion, j'ai moi-même été étonnée ! Si je tente d'analyser ce qui se passe, je pense chercher à maintenir la souplesse de la voix dans un certain espace. Le fait d'enregistrer sans public et de ne pas pouvoir exprimer sur scène les émotions qui me traversent doivent engendrer un besoin d'amplitude et de plénitude qui s'exprime à travers le corps. Tout cela est bien sûr inconscient, même s'il est fort possible que cette gestuelle participe aussi à ce que ressentaient les musiciens qui m'entouraient et, bien sûr, Michel Plasson.
Ceci dit, j'ai constaté, en visionnant une vidéo d'archive de Thaïs à Turin, que le chef était un peu lent dans l'air du miroir et que mon corps, par certains mouvements inhabituels, exprimait une sorte de malaise. J'ai été sidérée en regardant cette vidéo. Mais cela démontre aussi que les chanteurs sont tellement concentrés sur la voix, la justesse et la difficulté de certaines notes, qu'ils ne peuvent pas toujours contrôler leur corps.
* Voir la vidéo, en bas de l'interview.

 

\"Nathalie

Nathalie Manfrino dans Manon à Palerme, sous la direction musicale de Michel Plasson. D.R.

Dans "Méditations", vous reprenez deux airs de "Manon" et "Hérodiade" déjà présents sur votre premier disque French Heroines. Les abordez-vous différemment aujourd'hui ?

\"Nathalie

Nathalie Manfrino dans Thaïs à Turin, mise en scène de Stefano Poda. D.R.

D'une part, il était difficile de passer à côté de Manon et de Salomé dans un enregistrement consacré à Massenet. D'autre part, le marché du disque est compliqué et un premier enregistrement est souvent bien difficile à trouver quelques mois après sa sortie. En outre, il s'agissait d'enregistrer à nouveau ces airs, mais avec Michel Plasson. J'avais chanté ma première Manon à Palerme avec Michel, et j'ai beaucoup interprété ce rôle sur scène ou en concert, ce qui m'a conduite à changer la manière dont je l'aborde aujourd'hui. Je trouvais également intéressant d'avoir gravé ces airs il y a presque 4 ans et d'y revenir afin de laisser une trace de mon évolution. De la même façon, lors de la préparation du disque, lorsque Michel Plasson a réécouté ses anciens enregistrements de Massenet avec de grands chanteurs, il a constaté que son approche avait évolué et qu'il ne pourrait plus les diriger ainsi pour notre enregistrement.

L'Orchestre Philharmonique de Monte Carlo est dirigé par Michel Plasson pour le disque. Mais, dans le cadre des concerts de la série Les Grandes Voix, vous interpréterez certains airs du disque au Théâtre des Champs-Élysées le 31 mars avec l'Orchestre National d'Île-de-France placé sous la direction de Richard Bonynge. Comment allez-vous aborder ce changement de chef ?

Ce sera sans doute à la fois difficile et passionnant. Richard Bonynge a accepté de diriger l'orchestre pour ce récital après avoir écouté mon premier disque, puis les premiers mixages des sessions avec Michel Plasson. J'avoue que la démarche était osée dans la mesure où le disque était réalisé avec un autre chef. Mais après ces écoutes, j'ai eu le plaisir d'apprendre qu'il acceptait de travailler avec moi. Nous avons alors correspondu par e-mails au sujet du choix d'airs qu'il connaissait du reste déjà fort bien pour en avoir enregistré un grand nombre avec Joan Sutherland. Je vous avoue que j'attends beaucoup de cette rencontre et je suis prête à m'ouvrir à toutes les suggestions que pourra me faire le Maestro Bonynge. En outre, si j'aborde avec lui certains airs différemment, ce sera aussi une nouvelle expérience que d'interpréter ces mélodies en live, qui plus est dans une acoustique différente de celle de Monte-Carlo. Je pense aussi chanter les héroïnes de Massenet de façon plus théâtrale afin de nourrir cette relation si importante avec le public.

Enregistrer le disque en 4 jours était un marathon. Comment allez-vous gérer les changements de tessitures et le dosage de l'énergie vocale pour ce concert qui reprend en partie le programme du disque ?

Il y a une différence de taille : je chanterai les airs une seule fois ! Et il y aura des plages orchestrales qui me permettront de récupérer. Quant au programme de concert, j'ai vraiment pensé à la tessiture pour le composer et j'ai souhaité mettre en valeur les raretés de l'enregistrement, au côté des incontournables que sont Manon, Salomé et Thaïs.

De combien de temps allez-vous disposer pour travailler avec Richard Bonynge avant le concert ?

Ce sera de l'ordre de 2 ou 3 jours, ce qui est à la fois peu, mais aussi une grande chance si l'on considère le coût de production d'un tel concert.

Proposer au disque des airs peu connus de Massenet donne-t-il envie de se plonger dans les opéras dont ils proviennent ?

\"Nathalie

Nathalie Manfrino dans Thaïs au Grand Théâtre Massenet de Saint-Étienne, mise en scène de Jean-Louis Pichon. D.R.

Bien entendu, mais les chanteurs ne sont pas décisionnaires. Les directeurs de maisons d'opéras établissent leur programmation, choisissent leur casting et il n'est pas facile de recruter des voix suffisamment endurantes pour certains rôles difficiles de Massenet qui placent en outre en permanence le chanteur sur une gamme d'émotions. Ils sont les seuls à pouvoir décider de remonter des opéras quelque peu oubliés. Ceci dit, dans cet axe, j'ai eu récemment le bonheur de participer à La Chartreuse de Parme de Sauguet à l'Opéra de Marseille dans une très belle production. Mais, comme les acteurs, les interprètes sont tributaires de ce qu'on leur propose. J'avoue que, maintenant, j'aimerais beaucoup interpréter Sapho de Massenet…

Être tributaire des propositions que vous recevez ne doit pas toujours être facile…

Les chanteurs peuvent aussi connaître cette peur du vide. Mais plus étranges encore sont ces propositions que nous recevons plusieurs années à l'avance et qui nous projettent à 3 ou 4 ans avec ce type de questions : quel âge aurons-nous lorsque nous chanterons ce rôle ? Serons-nous toujours capables de le chanter et serons-nous toujours crédibles pour l'interpréter ? Parallèlement, cela est bien entendu rassurant de savoir que nous aurons du travail pour les années à venir.

Avez-vous dû laisser de côté des airs de Massenet que vous auriez aimé enregistrer par faute de place sur le disque ?

J'aurais beaucoup aimé faire un double CD ! Il y avait du matériel et cela aurait pu permettre à Michel Plasson d'intégrer de magnifiques parties orchestrales comme l'Ouverture du Roi de Lahore. De nombreux airs ont ainsi été laissés de côté : d'autres mélodies de Sapho, des airs de Griselidis, du Roi de Lahore, du Mage… L'éventail était tellement large que la sélection a été difficile. Mais nous avons tout de même voulu retenir cet Ave Maria composé sur la célèbre Méditation de Thaïs, qui étonne tout le monde, car nombreux pensent qu'il s'agit d'un arrangement. Cet aria a pourtant bien été écrit par Massenet lui-même dans la même tonalité que la Méditation. Le violon est également présent dans cet Ave Maria mais n'intervient pas dès le début. Le chant est tout d'abord accompagné par la harpe et l'orchestre. Certains trouvent que Massenet a voulu utiliser au maximum un de ses grands succès, mais je suis intimement convaincue que la qualité de l'écriture vocale et l'absence d'effets nous orientent plus vers un recueillement sincère. J'aime cet air et le chanter est un hommage au Massenet orchestrateur de ses propres mélodies.

 

\"Nathalie

Nathalie Manfrino. © Fabien Bardelli.


À la fin du livret de l'album "Méditations", vous remerciez votre famille et vos amis. Comment s'exprime ce soutien lorsque vous enregistrez ?

Méditations est un projet à long terme que je porte depuis 5 ans, en fait depuis que j'ai découvert Massenet à la scène. La gestation d'un tel disque est longue et le chemin vers l'enregistrement est parsemé de rebondissements : le projet tombe à l'eau, puis renaît, il faut mettre d'accord tous les intéressés, trouver un orchestre et un chef, accorder les plannings… Et l'on passe par des moments de joie intense et d'autres où tout retombe comme un soufflé à cause d’une date qui ne convient plus. Évidemment, comme pour une critique difficile, mon entourage subit en quelque sorte ces hauts et ces bas et le soutien qu'il m'apporte m'aide à entretenir la passion qui m'habite. Pour cela, je remercie mes proches.

Nathalie Manfrino, que pouvons-nous vous souhaiter ?

Sans doute la longévité, car j'adore ce que je fais. Alors, plus je chanterai, plus je serai heureuse. Et, bien sûr, être invitée dans certaines maisons d'opéras et travailler avec des chefs, des metteurs en scène et des chanteurs de grande qualité. J'ai déjà vécu de très belles expériences, mais il est important d'évoluer. Enfin, je souhaite pouvoir amener ma voix à produire les sons dont je rêve. C'est cela aussi, l'opéra, accepter ses limites et toujours vouloir les dépasser…




 

Propos recueillis par Tutti-magazine
Le 23 février 2012

01/03/2013
MÂROUF Savetier du Caire .

   

MAROUF Savetier du Caire

OPERA-COMIQUE en cinq actes, 1914

Henri Rabaud
Spectacles:


  • Le samedi 25 mai 2013  à  20:00
  • Le lundi 27 mai 2013  à  20:00
  • Le mercredi 29 mai 2013  à  20:00
  • Le vendredi 31 mai 2013  à  20:00
  • Le dimanche 02 juin 2013  à  15:00
  • Le lundi 03 juin 2013  à  20:00

                                                   

Direction musicale, Alain Altinoglu \"\\"\\\\"\\\\\\\\"\\\\\\\\\\\\\\\\"\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\\"Mârouf,\\\\\\\\\\\\\\\\"\\\\\\\\"\\\\"\\"\"
Mise en scène, Jérôme Deschamps
Décors, Olivia Fercioni
Costumes, Vanessa Sannino
Lumières, Marie-Christine Soma
Assistant musical, Adrien Perruchon
Collaboration à la mise en scène, Valérie Nègre
Deuxième collaboratrice à la mise en scène, Sophie Bricaire

Mârouf, Jean-Sébastien Bou
Princesse Saamcheddine, Nathalie Manfrino


Le Sultan, Nicolas Courjal
Le Vizir, Franck Leguérinel
Ali, Frédéric Goncalvès
Fattoumah, Doris Lamprecht
Chef des marins, ânier, 1er muezzin, Patrick Kabongo Mubenga*
Ahmad, Luc Berthin-Hugault
Le Kâdi, Olivier Déjean*
Le Fellah, 1er marchand, Christophe Mortagne
2nd marchand, 1er mamelouk, Geoffroy Buffière*

Choeur, accentus
Orchestre Philharmonique de Radio France

Production, Opéra Comique
Partenaire associé, Palazzetto Bru Zane - Centre de musique romantique française

 

Quand la france jouissait encore de son statut de puissance coloniale,le public fit un triomphe à Mârouf, savoureuse peinture musicale de l’Orient des sultans et des génies.

Fuyant une épouse acariâtre et mille autres dangers, un modeste savetier, Mârouf, est sauvé par l’amour que lui porte la fille d’un sultan. Personnages pittoresques, scènes collectives, apparitions magiques et coups de théâtre se succèdent aux portes du désert.

Contemporain de ravel, Henri Rabaud approchait alors l’apogée de sa carrière officielle et de ses activités de chef d’orchestre, qui finirent par prévaloir sur la composition.

29/11/2012
Concert Jules Massenet

"SUR LES PAS DE THAÏS"

Nathalie Manfrino – Markus Werba
-
Mardi 4 décembre 2012 / 20h
Opéra Théâtre St Etienne


Vendredi 7 décembre 2012 / 20h
Opéra Comique Paris

Nathalie Manfrino, soprano – Markus Werba, baryton
Orchestre Symphonique Saint-Etienne Loire
Laurent Campellone, direction


PROGRAMME:

Massenet
Thaïs


« Toi qui as mis la pitié dans nos âmes » (M. Werba)
« Voilà donc la terrible cité » (M. Werba)
« Qui te fait si sévère? Couronne-toi de roses » (N. Manfrino / M. Werba)
« Ah, je suis fatiguée à mourir » (N. Manfrino)
« O mon miroir fidèle, dis-moi que je suis la plus belle » (N. Manfrino)
« Etranger, te voilà, comme tu l’avais dit! » (N. Manfrino / M. Werba)
« Qui m’inspirera les discours embrasés? » (M. Werba)
« Vénus, invisible et présente » (N. Manfrino)
« Je suis Athanaël, moine d’Antinoé » (M. Werba)
« Pitié! ne me fais pas de mal » (N. Manfrino)
Méditation
« Non loin d’ici, vers l’occident, il est un monastère » (M. Werba)
« L’amour est une vertu rare » (N. Manfrino / M. Werba)
« L’ardent soleil m’écrase » (N. Manfrino)
« Seul le repentir nous épure » (M. Werba)
« O messager de Dieu, si bon dans ta rudesse » (N. Manfrino)
« Baigne d’eau tes mains et tes lèvres » (N. Manfrino / M. Werba)
« Tu sais, ô Palémon, que j’ai conquis l’âme » (M. Werba)
« Qui te fait si sévère? » (N. Manfrino / M. Werba)
« Thaïs va mourir » (M. Werba)
La mort de Thaïs (N. Manfrino / M. Werba)

 

                                                      

 

03/10/2012
TRAVIATA G. VERDI

Livret de Francesco Maria Piave d'après La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils.

Theatre VERDI de Padoue
Direttore d’orchestra: Steven Mercurio
Regia, scene e costumi: Hugo De Ana

Recite:
venerdì 19 ottobre 2012, ore 20.45

Domenica 21 ottobre 2012, ore 16.00

Cast:
Violetta Valery - Nathalie Manfrino
Alfredo Germont - Piero Pretti
Giorgio Germont - Elia Fabbian
Flora Bervoix - Irena Petkova
Annina - Michela Bregantin
Gastone, Visconte de Letorières - Orfeo Zanetti
Barone Douphol - Jaki Jurgec
Marchese d’Obigny - Gabriele Nani
Dottor Grenvil - Valentin Pivovarov
Giuseppe, servo di Violetta - Andrea Capovilla
Commissionario - Antonio Bortolami

02/10/2012
Concert Jules Massenet

Samedi 13 octobre 2012 - 20h00

FESTIVAL MASSENET
Direction musicale Dominique Rouits
Accompagnée par l'Orchestre de l’Opéra de Massy

À l’occasion du centenaire de la disparition de Jules Massenet, Nathalie Manfrino rend hommage à l’illustre compositeur français.

La merveilleuse soprano et les musiciens de l’Orchestre de l’Opéra de Massy vous proposent, en ouverture de la saison, les plus belles pages vocales et orchestrales des opéras de Jules Massenet.
À Massy, on connaît bien les qualités du timbre de la chanteuse lyrique si personnel, de cette voix laiteuse et crémeuse à souhait, large, intense, au médium riche, aux aigus à l’insolente puissance, au velouté somptueux.

Site le l'Opera: cliquez ici

Adresse: 1 Place de France 91300 Massy

Programme :
Jules Massenet
Le Roi de Lahore : Ouverture
Marie-Madeleine : Air de Meryem « O mes sœurs… »
Herodiade : Air de Salomé « Celui dont la parole… il est doux »
Ariane : Lamento pour orchestre seul - Air d’Ariane « Ils mentaient à quoi bon… C’était si beau »
La Vierge (oratorio) : Extase de la Vierge « Rêve infini »
Elégie : Mélodie pour voix, violoncelle et orchestre
Sapho : Air de Fanny « Solitude…demain je partirai »
Le Cid : Ballet pour orchestre seul (extraits) - Air de Chimène « Pleurez mes yeux »
Thaïs : Méditation pour violon et orchestre - Air de Thaïs « Dis-moi que je suis belle »

02/07/2012
CARMEN de Bizet à l'Opera de Lyon. Micaela
Direction musicale : Stefano Montanari

Mise en scène : Olivier Py

Décors et costumes : Pierre-André Weitz
Lumières : Bertrand Killy
Chorégraphie, assistant à la mise en scène : Daniel Izzo
Chef des Chœurs : Alan Woodbridge

Représentations

Lundi 25 Juin 2012 à 20h
Mercredi 27 Juin 2012 à 20h
Vendredi 29 Juin 2012 à 20h
Dimanche 01 Juillet 2012 à 16h
Mardi 03 Juillet 2012 à 20h
Jeudi 05 Juillet 2012 à 20h
Samedi 07 Juillet 2012 à 20h
Lundi 09 Juillet 2012 à 20h
Mercredi 11 Juillet 2012 à 20h
http://www.opera-lyon.com/spectacles/opera/fiche-opera/fichespectacle/carmen-3/

Opéra en quatre actes, 1875

Livret de Henry Meilhac et Ludovic Halévy d’après Carmen, nouvelle de Prosper Mérimée En français C’est sans doute l’opéra le plus populaire de tout le répertoire. Carmen… On ne l’avait plus vue sur la scène de l’Opéra de Lyon depuis 1996. En 2012, on la retrouve enfin et même, pour toute une génération de jeunes spectateurs, on la découvre, héroïne de chair et de sang.

L’histoire :
Carmen, ou la rencontre explosive, passionnée et finalement destructrice d’une femme et d’un homme. Lui est simple soldat, formé à la routine et à la discipline des casernes, promis au mariage avec Micaëla, une jeune fille très bien. Elle est ouvrière : elle passe sa journée à fabriquer des cigares roulant sur ses cuisses les feuilles de tabac… Lui, c’est Don José, elle, c’est Carmen ; il aime l’ordre, elle aime la liberté ; il n’aime qu’elle, elle l’aime comme elle le sent, dans l’instant, mais libre elle veut rester, libre d’aimer qui elle veut, quand elle veut (l’exclusivité, non merci !) – elle en mourra.

Chef-d’oeuvre de l’opéra français du XIXe siècle français, Carmen de Georges Bizet connaît, depuis sa création difficile et mouvementée à l’Opéra- Comique, un succès universel qui ne se dément pas. Olivier Py le met en scène à Lyon, quatre ans après y avoir présenté Curlew River de Britten. Olivier Py, le créateur protéiforme : metteur en scène, comédien, écrivain, chanteur, réalisateur, actuel directeur du Théâtre de l’Odéon à Paris ; Loin des espagnolades de carte postale, Oli vier Py, et son inséparable scénographe Pierre-André Weitz, sauront montrer sur le théâtre la force tragique de l’œuvre, et de ses personnages – entre fumée, rêveries et passions.

Nouvelle production

Enregistré par France Musique
02/07/2012
Festival Radio France Montpellier
Concert
13 JUILLET

Nathalie. Manfrino soprano Edna Stern piano Vendredi 13 juillet - Salle Pasteur / Le Corum - 18h00 - Entrée libre
Concert enregistré par France Musique

http://www.festivalradiofrancemontpellier.com/13-juillet-g-nmanfrino.html

Nathalie Manfrino
soprano

Edna Stern
piano

"Les Grandes Amoureuses"

FRANZ LISZT
Oh quand je dors, mélodie S 282 n°2
Poème Victor Hugo

FRANCESCO CILEA
Adrienne Lecouvreur
Ecco respiro... Io son l'umile, air d'Adrienne, extrait de l'Acte I

CHARLES GOUNOD
Faust
Oh Dieu que de bijoux, air de Marguerite

GIUSEPPE VERDI
La Traviata
Teneste la promessa... Addio del passato, récitatif et air de Violetta, extrait de l'Acte III

JULES MASSENET
Thaïs
Dis-moi que je suis belle, air de Thaïs, extrait de l'Acte II

FRANZ LISZT
Après une lecture de Dante, fantasia quasi sonata pour piano, extrait de la Deuxième Année de pèlerinage, Italie S 161
n°7

JULES MASSENET
Manon
Allons il le faut... Adieu notre petite table..., air de Manon extrait de l'Acte II, scène 4

GIUSEPPE VERDI
La Force du destin
Pace, pace moi dio, air de Leonora, extrait de l'Acte IV

FRANZ LISZT
Sonnet 104 de Petrarque pour piano, extrait de la Deuxième Année de pèlerinage, Italie S 167 n°5

ALFREDO CATALANI
La Wally
Ebben ne andro lontana, air de Wally, extrait de l'Acte I
14/05/2012
OPÉRA ROYAL DE VERSAILLES
La Traviata G. Verdi

Nathalie Manfrino, Albane Carrère, Elodie Kimmel, Enrique Ferrer, Javier Francisco, Patrick Kabongo, Guillaume Paire, Arnaud Richard, Alain Herriau
Luciano Acocella conducteur
Claire Servais Direction
Chœur Accentus
Orchestre de l'Opéra de Rouen Haute-Normandie

Opéra Royal de Versailles
Vendredi 1 Juin- 20:00
samedi 2 Juin 2012 - 20:00
Dimanche 3 Juin 2012 - 16:00

SITE: http://www.chateauversaillesspectacles.fr/verdi-la-traviata-116.html
14/05/2012
TRAVIATA de G. Verdi
Opéra en 3 actes
Livret de Francesco Maria Piave d'après La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils. Création au Teatro La Fenice de Venise le 6 mars 1853.

Direction Luciano Acocella Mise en scène Claire Servais Décors Maggy Jacot Costumes Danièle Barraud Lumières Olivier Wéry

Violetta Valery Nathalie Manfrino (11, 13, 16 et 20 mai)
Flora Bervoix Albane Carrère
Annina Élodie Kimmel
Alfredo Germont Enrique Ferrer (11, 13, 16 et 20 mai)
Giorgio Germont Marcel Vanaud
Gastone Patrick Kabongo
Le baron Duphol Guillaume Paire
Le marquis d'Obigny Arnaud Richard
Le docteur Grenvil Alain Herriau

Orchestre de l'Opéra de Rouen Haute-Normandie
Chœur accentus
Opéra de Rouen Haute-Normandie

La Traviata fait partie des sommets du répertoire lyrique. Ses débuts furent pourtant difficiles, car son sujet était jugé scandaleux au milieu du dix-neuvième siècle. L'histoire de Violetta, femme aux mœurs faciles renonçant à l'amour pour mourir dans l'ombre d'une phtisie, se présentait comme un pamphlet contre la bourgeoisie. Loin de faire le procès d'une femme de mauvaise vie, Claire Servais cherche à retracer le parcours psychologique du personnage. Présenté en double distribution, le spectacle sera l'occasion d'une prise de rôle pour la très talentueuse Nathalie Manfrino, dans le rôle de Violetta.

Nouvelle production SITE: http://www.operaderouen.fr/
23/01/2012
MÉDITATIONS (Massenet)

Après le succès de French Héroïnes et à l’occasion de l’année Massenet (centenaire de sa mort), la jeune soprano Nathalie Manfrino rend hommage au compositeur français avec Méditations, son deuxième et nouvel album.
Nathalie Manfrino prête son timbre sensuel à un florilège d’airs de Massenet, des plus rares (airs de Grisélidis, Le Cid, Esclarmonde…) aux plus connus (la célèbre Elégie ou encore des extrais de Manon et Thaïs).
5 ans après sa prise de rôle dans Manon à Palerme aux côtés de Michel Plasson, la collaboration avec le maestro était une évidence pour Nathalie : « il est le garant des valeurs et traditions de l’école de chant française, et de l’élégance et du raffinement à la Massenet ».
Le choix de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo est également symbolique, puisque Massenet avait vécu et composé à Monte-Carlo, ville où fut également créé son opéra Cléopâtre.
Ce disque est également une invitation à la découverte, puisqu’il comporte un inédit : l’Ave Maria composé sur la célèbre Méditation de Thaïs.

 

MÉDITATIONS (Massenet)
CLASSIQUE - DECCA
Nathalie Manfrino, soprano
Michel Plasson . Orchestre Philharmonique de Monte Carlo
Date de parution : 20 février 2012 (enregistré en septembre 2011)

 

Détail de l'album
Jules MASSENET (1842 – 1912)



La Vierge, Scène 4 (L'extase de la Vierge) : "Rêve infini! Divine extase!"
Marie-Magdeleine : "O mes sœurs..."
Ave Maria, sur la Méditation de Thaïs
Hérodiade, Acte I, scène 1 : "Celui dont la parole... Il est doux… "
Hérodiade, Acte III, scène 9 : "Charme des jours passés..."
Sapho, Acte V, Introduction : Très modéré
Sapho, Acte V : "Demain, je partirai..."
Grisélidis, Acte II,scène 3 : "La mer! et sur les flots toujours bleus..."
Elégie
Esclarmonde, Acte I, scène 1, air de Esclarmonde "Roland! Roland! Comme ce nom me trouble..."
Esclarmonde, Acte III, scène 2, air de Esclarmonde "Regarde-les ces yeux..."
Le Roi de Lahore, Acte V : "Oui, l'heure est venue... De ma douleur que la mort me délivre..."
Manon, Acte I : "Ah! mon cousin!...Je suis encore tout étourdie..."
Manon, Acte II, scène 4 : "Allons ! Il le faut !... Adieu notre petite table"
Cléopâtre, Acte III : "J'ai versé le poison dans cette coupe d'or"
Le Cid, Acte III, scène 5, Introduction : Très modéré
Le Cid, Acte III, scène 5 : "De cet affreux combat... Pleurez ! Pleurez, mes yeux !"
Ariane, Acte V scène 3 : "C'était si beau!"

 

Album  "Méditations", à paraître le 20 février 2012.
Decca, Universal Music Classics & Jazz France

16/12/2011
LA CHARTREUSE DE PARME Henri Sauguet

 Clélia Conti dans la Chartreuse de Pame   

                                                                                                                               

Mercredi 8 février > 20h
Vendredi 10 février > 20h
Dimanche 12 février > 14h30
Mardi 14 février > 20h

Durée du spectacle : 3H05 (entracte compris)

Une histoire follement romanesque dont le titre seul nous fait rêver à l’Italie, à l’amour, aux barcarolles, à la beauté…

La Chartreuse de Parme

Opéra en 4 actes
Livret d’Armand Lunel, d’après l’œuvre de Stendhal.
Création à Paris, Palais Garnier, le 20 mars 1939.

NOUVELLE PRODUCTION – CRÉATION À MARSEILLE

En hommage à Henri Sauguet et Jacques Dupont
Remerciements à Mme Denise Boucher-Kervella

 

Direction musicale : LAWRENCE FOSTER

Assistant : DIDIER LUCCHESI
Mise en scène : RENÉE AUPHAN
Assistante : CHANTAL GRAF
Décors : BRUNO DE LAVENÈRE
Costumes : KATIA DUFLOT
Lumières : LAURENT CASTAINGT

DISTRIBUTION

Clélia Conti : NATHALIE MANFRINO
Gina, duchesse de Sanseverina :
MARIE-ANGE TODOROVITCH
Théodolinde : SOPHIE PONDJICLIS
Une voix : ANAÏS CONSTANS

Fabrice del Dongo : SEBASTIEN GUÈZE
Comte Mosca della Rovere : NICOLAS CAVALLIER
Général Fabio Conti : JEAN-PHILIPPE LAFONT
Ludovic / une voix de ténor : ÉRIC HUCHET
Barbone : JACQUES CALATAYUD
Le Maréchal des logis / Un gendarme : ANTOINE GARCIN
Un gendarme / une voix de ténor : BRUNO COMPARETTI
Un geôlier / une voix : FRÉDÉRIC LEROY

16/11/2011
Nathalie sera Mimi à l'Opéra Municipal de Marseille

LA BOHÈME
Giacomo Puccini

Jeudi 29 décembre 2011 à 20h
Samedi 31 décembre 2011 à 20h
Mardi 3 janvier 2012 à 20h
Jeudi 5 janvier 2012 à 20h
Dimanche 8 janvier 2012 à 14h30
Mardi 10 janvier 2012 à 20h


Site de l'Opéra:
http://opera.marseille.fr/opera/2082-la-boheme





 

16/11/2011
Orchestre National de Lille

Orchestre National de Lille

Le 24 et le 25 Novembre 2011 Nathalie donnera deux Concerts.
Les Grands Airs Italiens / les Italiens et la France


Gioacchino Rossini
Giuseppe Verdi
Giacomo Puccini
Francesco Cilea
Bruno Membrey direction


Site: http://www.onlille.com/




 

07/07/2011
Requiem de Verdi

Nathalie Manfrino (soprano), Sylvie Brunet (Mezzo), Luca Lombardo (ténor), Thomas Dear (basse). Récitant : Olivier Bellamy (Radio Classique). Chœur national d’Ukraine Dumka. Orchestre Prométhée sous la direction de Pierre-Michel Durand.


150 artistes sur scène tous spécialistes de Verdi, un chef d’œuvre bouleversant pour un concert sous les étoiles qui devrait être un grand moment de la programmation estivale à Nîmes. Le journaliste Olivier Bellamy, en maître de cérémonie, nous fera pénétrer par ses explications précieuses la structure du Requiem. Evénement !


Réservations / Fnac et points habituels


Pour plus d'informations, cliquez ici

06/07/2011
Grand concert sur la plage de ROYAN le 29 juillet 2011

L’orchestre du premier Violon sur le Sable était constitué... d’un seul violoniste de l’Opéra de Paris accompagné d’une bande son, déjà sur la plage de Royan - L’un des plus beaux sites de la Côte Atlantique. L’année suivante ce fut un quatuor, puis les années suivantes, un orchestre de chambre se transformant par la suite en un ensemble d’une vingtaine de musiciens avec un chef.


Autre étape, le passage à l’orchestre symphonique (55 membres) toujours pour un concert unique. Enfin, aidé par la Ville de Royan et le Conseil Général de la Charente Maritime sous le label "festival Sites en Scène", en 1999, le VIOLON SUR LE SABLE pris son envol en proposant trois concerts différents espacés sur une semaine, toujours avec une formation d’une soixantaine de musiciens.


Aujourd’hui c’est un magnifique Orchestre de 85 musiciens classiques, sous la direction de Jérôme PILLEMENT, auquel se joignent chaque soir divers solistes, qui illumine la grande Plage de Royan.

Royan : Station balnéaire très prisée de la côte Atlantique, possède des atouts géographiques et climatiques exceptionnels. Une magnifique étendue de sable bordée de dunes longe tout le flanc ouest de la ville. La Plage de la Grande Conche à Royan, petit coin de paradis, s’étend sur 2 650 m de sable en anse orientée plein sud, une rareté sur cette côte atlantique, et s’élance de la nouvelle jetée du port de plaisance jusqu’aux rochers de Vallières sur la commune de Saint-Georges-de-Didonne, narguant et alléchant de ses clapots le patrimoine architectural.



05/07/2011
Nathalie Manfrino - Marc Scoffoni

Amour et passions à l'opéra


Mercredi 20/07/2011 à 21h15


THEATRE DE VERDURE

83350 RAMATUELLE


Pour plus d'informations ou pour réserver, cliquez ici



07/05/2011
Nathalie est la nouvelle marraine de Tous à l'Opéra!

A l'occasion des journées portes-ouvertes pour l'opéra, Nathalie Manfrino donnera deux concerts gratuits : le premier au Théâtre des Champs Elysées, le samedi 7 mai après-midi. Le deuxième à l'Opéra de Massy le dimanche 8 mai en fin d'après-midi (en partenariat avec France Musique et FranceTV)


Le 7 avril, Frédéric Mitterrand a présenté la 5e édition de «Tous à l’Opéra», grande opération de sensibilisation dont la marraine est, cette année, la soprano Nathalie Manfrino, une des plus belles révélations lyriques de ces dernières années.


Deux journées dédiées à l’Opéra. Le samedi 7 et le dimanche 8 mai prochain, la Réunion des Opéras de France (ROF) et les opéras d’Europe ouvrent leurs portes gratuitement à tous les publics. Une occasion exceptionnelle de découvrir l’opéra et ses métiers, de rencontrer les artistes et d’assister à de très nombreux spectacles. Plus de 100 opéras, représentant 25 pays européens, participent à cette manifestation, avec pour la première fois Bratislava, Dublin, Rotterdam, Sofia, Skopje et Stuttgart. La France reste le pays le mieux représenté avec 29 participants.


La marraine de la 5e édition. En France, la Réunion des Opéras de France a choisi, pour marraine de cette 5e édition de Tous à l’Opéra !, la soprano Nathalie Manfrino, une des plus belles révélations lyriques de ces dernières années. La cantatrice offrira à cette occasion deux concerts exceptionnels, gratuits, samedi 7 mai à 17h au Théâtre des Champs-Elysées à Paris avec l’Orchestre Prométhée, et dimanche 8 mai à 18h30 à l’Opéra de Massy.


« Jeunes oreilles ». Opera Europa (l'association européenne des compagnies et festivals d'opéra), RESEO (Réseau Européen pour la Sensibilisation à l'Opéra et à la danse.) et la ROF poursuivent leur travail auprès de tous les publics, au delà des contextes culturels, des pays, des professions et des âges. Ils ont donc retenu pour cette 5e édition la thématique des « Jeunes oreilles » à sensibiliser aux nuances de l’art lyrique.


À cette occasion, la Réunion des Opéras de France a souhaité réaliser un état des lieux des services éducatifs des opéras, en partenariat avec le ministère de la Culture et de la Communication. Le dossier de presse de cette 5e édition de Tous à l’opéra ! propose une présentation de toute la richesse et la diversité des actions envers la jeunesse mises en place par les opéras français.


Retrouvez cet article sur le site www.culture.gouv.fr


02/04/2011
A l'occasion de l'emission de télévision en faveur du Sidaction, Nathalie Manfrino a chanté en duo avec Patrick Fiori.
Sur France2 le 2 avril 2011.
25/03/2011
Dernière prise de rôle de Nathalie : Gilda à l'Opéra de Monté-Carlo dans Rigoletto de Verdi.
Tout récemment, le public monégasque a reçu avec triomphe la 1ère prise de rôle verdienne de Nathalie Manfrino.
23/10/2014
MÂROUF Savetier du Caire Henri Rabaud